Exposé réflexive (TO BE MARKED)

*TO BE MARKED*

  • This work is my own

– If this is a group project, each student has contributed to the work in accordance with the set criteria

– The work of others used in its completion has been duly acknowledged

– Experimental or other investigative results have not been falsified

– I have read and understood the University Policy on the Conduct of Assessed Work (Academic Misconduct Procedure)*

http://policies.salford.ac.uk/display.php?id=255

Section 1

En repensant à mon court séjour en France, bien que je n’ai pas véritablement aimé l’emplacement de mon stage, et le fait de vivre dans une petite ville perdue, tous points confondus, je peux affirmer en toute confiance que je me suis fait des amis pour la vie.  J’ai amélioré mes compétences en français, et je suis devenue une personne plus indépendante, tout en apprenant beaucoup sur moi-même.

Concernant mes objectifs, j’ai l’impression que j’ai atteint la plupart d’entre eux, à de rares exceptions près.

En commençant par mes objectifs académiques, je trouve maintenant qu’il est plus facile d’alterner les langues que je ne parle pas couramment. La technique que j’ai utilisé (lire un article d’une langue, en essayant de le traduire à haute voix dans une autre langue) m’a beaucoup aidé à arrêter de tomber dans le piège de traduire en anglais dans ma tête (c’est à dire, penser en anglais). Je crois que cela sera une technique pratique à utiliser pour ma dernière année. De ce fait, je maîtriserai et développerai chacune des langues. Entre autre, la dernière pour la mise au point des objectifs académiques, j’ai parlé de la possibilité d’une carrière dans le domaine de la traduction audiovisuelle. Suite à cela, j’ai fait des recherches et j’ai trouvé deux cours possibles au Royaume-Uni, et quelques-uns en Portugal aussi; ou les cours de master sont meilleurs de meilleur qualité.

Vis-à-vis de mes objectifs linguistiques, maintenant je me sens plus à l’aise avec l’utilisation du passé simple. Je comprends mieux son utilisation et je suis capable de conjuguer les verbes sans hésitation. Mon deuxième but était un que j’ai un peu mis au second plan; apprendre des phrases de la langue françaises idiomatiques. Je me suis rendue compte que c’était assez difficile de le faire en parlant quotidiennement. Par conséquent, j’ai acheté un livre qui explique les origines de certainse phrases. Par exemple, il est intéressant savoir que en anglais, on dit ‘to take French leave’, alors qu’en France, il est dit ‘filer à l’anglais’. Il semblerait que les deux cultures pensent la même chose des mœurs de l’autre! J’ai trouvé cela assez drôle et intéressant à savoir.

Mes objectifs personnels étaient de visiter et de connaître Paris, et de devenir plus indépendante, les deux dont je peux dire en toute confiance que j’ai réalisé. J’ai passé 3 jours à Paris avec mon amie, et je suis à peu près sûre que nous avons découvert tous les coins et recoins. Par ailleurs, je suis certainement une personne plus indépendante en ayant été en France. J’ai eu tellement de choses à organiser seule, et bien que mon dossier de la CAF ne soit encore tout à fait prêt (ils attendent une version traduite de mon acte de naissance), j’étais capable de communiquer efficacement, et de remplir tous les formulaires nécessaires. En plus, la semaine dernière, j’ai démangé de mon appartement et j’étais capable d’effectuer le processus entier en français et de me faire comprendre. Pour moi, cela est une grande réussite, car le français est la langue que je maitrise moins et souvent, j’ai peur de le parler.

Section 2

En ce qui concerne de mon objectif culturel, j’ai décidé de me plonger dans le monde du cinéma français.

Tout d’abord, partons du principe que, pendant plus d’un siècle, la France a été une influence énorme au cinéma et continue d’être l’un des producteurs les plus importants. Atour de 200 films long-métrages sont réalisés en France chaque année et le secteur est fortement subventionné par l’Etat. Depuis la Deuxième Guerre Mondiale, le Gouvernement français à mit en place des initiatives et idées visant à soutenir et encourager la diversification, et par conséquent, le cinéma français souvent est apparait comme plus libéral en matière de sujets tels que : le sexe, la politique, la société etc… C’est une vision très répandue partout dans le monde, que le film français déborde d’ampleur et sophistication, et le cinéma est devenu une grande partie de la culture française. Afin de tirer l’affaire au clair, on peut jeter un coup d’œil dans le passé.

Il y a belle lurette, vinrent Auguste et Louis ‘Lumière’, deux frères qui ont réalisé les premiers films du cinéma, un facteur de poids décisif qui laisse entendre que la France fut, en fait, le lieu de naissance du film et cinéma. Au fil des années, bien que plusieurs mouvements cinématographiques importants aient commencé dans le pays, je voudrais mettre au point le mouvement ‘Nouvelle Vague’, une évolution du cinéma qui s’étala sur la fin des années 1950 et des 1960 en France.

La ‘Nouvelle Vague’ a émergé durant la France d’après-guerre. Elle est considérée comme une forme d’Art Cinématograpique Européen, et s’est caractérisée par un groupe de cinéastes jeunes qui ont eu l’envie de filmer plus de problèmes sociaux et actuels en extérieur, afin d’expérimenter la forme et le style cinématographique. En fait, cela a été discuté par Alexandre Astuc dans une revue au mois de mars 1948 que le cinéma était en train de devenir un moyen d’expression nouveau, au même niveau que la peinture, ou les romans.

Alors, quelle était la ‘Nouvelle Vague’? Bien que les réalisateurs de film du mouvement admirent le cinéma courant dominant, il y avait une idée reçue entre eux que le cinéma français d’après-guerre manquait d’émotion et ne représentait pas véritablement la vie humaine des jeunes français. Ces cinéastes voulaient rompre avec l’expérience traditionnelle du film, et l’a rendre plus excitante et originale, et s’éloigner de l’émission de complaisance. L’objectif n’était pas simplement de divertir, mais ils voulaient communiquer avec son public, et permettre au spectateur de réfléchir sur sa propre vie. Par conséquent, on pourrait dire que le cinéma d’après-guerre est une copie conforme de la France d’après-guerre (ce qui était le cas avec les films de Pedro Almodovar après la guerre civile en Espagne). Cela se réduit au fait que, suite à des périodes de la suppression sévère, souvent on voit plus de liberté d’expression, et cela se reflète dans les formes d’art.

Cinquante ans plus tard, et bien que la ‘Nouvelle Vague’ cesse d’être ‘nouvelle’, le mouvement, les réalisateurs et les films sont encore très importants et ont ouvert la voie à ce qui, à l’époque actuelle, s’appelle ‘cinéma alternatif’. De plus, ce mouvement a eu une influence sur la culture populaire à travers le monde. Quand il s’agit de la France, jusqu’à un certain point, le cinéma de la France contemporaine peut encore reflète la culture du pays. Nous les anglais pourrions le considérer comme ‘bizarre’, mais il n’en reste pas moins que, qu’on le veuille ou non, les Anglais sont encore assez réservée et pudique quand il s’agit de sujets et de situations dépeintes sur nos écrans. Les Français, en revanche, ont l’air (et le stéréotype) d’être plus libéraux et francs, et cela est encore, l’impression que donne le cinéma français.

 

Recent Related Posts

Leave a Reply